Blog

Derniers articles

Filtrer (par catégories d'articles)

Dites bonjour aux mains propres et adieu au SARM

DebMed
Par DebMed
December 11, 2018

 

datahealthcare 

Dans l’univers des superbactéries dans le milieu de la santé, le Staphylococcus aureus (SARM) est une célébrité. Il résiste à de nombreux antibiotiques et il est 2,5 fois plus souvent mortel que les infections traitables par la méthicilline. Le SARM peut se retrouver n’importe où en milieu hospitalier – aux soins intensifs comme à la salle d’opération – et il est transmis par les mains la plupart du temps. Plus de 126 000 patients hospitalisés contractent une infection à SARM chaque année, et l’IHI estime que plus de 5 000 patients par an en meurent.

Stoppez net la contagion grâce à l’hygiène des mains.

Une étude unique en son genre, à paraître dans l’American Journal of Infection Control, montre que l’amélioration du respect des règles d’hygiène des mains a un impact direct sur le taux d’infection par SARM dans un hôpital.

Intitulée Electronic Hand Hygiene Monitoring as a Tool for Reducing Healthcare-Associated Methicillin-resistant Staphylococcus aureus Infection, l’étude révèle une corrélation directe entre la mise en œuvre d’un système de surveillance électronique basé sur les 5 moments de l’hygiène des mains de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la baisse du nombre d’éclosions de SARM dans les hôpitaux. Deux des principales conclusions – toutes deux significatives sur le plan statistique – sont les suivantes :

  • Le taux de respect des règles d’hygiène des mains a augmenté de 25,5 %.
  • Les éclosions d’infections associées aux soins (IAS) attribuables au SARM ont chuté de 42 %. Cela veut dire que 24 cas d’infection au SARM ont été évités pendant cette période.

Parmi les aspects particulièrement importants de l’étude, notons le fait que le personnel clinique a été formé selon les lignes directrices de l’OMS sur les 5 moments de l’hygiène des mains et que le système électronique utilisé pour évaluer le rendement mesurait également les occasions de poser un geste d’hygiène des mains en fonction de ces mêmes 5 moments.

En matière d’hygiène des mains, la méthode « entrée-sortie », qui compte 2 moments, est utilisée dans la plupart des établissements de santé en Amérique du Nord. Malheureusement, il est bien connu que cette méthode de nettoyage des mains seulement à l’entrée et à la sortie de la chambre du patient rate au moins 50 % des occasions de poser un geste d’hygiène, ce qui expose les patients à un risque d’infection.

Lire la version complète  de l’étude relative au SARM ici.  

 Des données réelles, des résultats réels

Cette étude sur la surveillance électronique de l’hygiène des mains et le SARM s’est déroulée du mois de juillet 2012 au mois de mars 2015, dans 23 unités de malades hospitalisés. Des données sur le taux de conformité aux règles d’hygiène des mains obtenues à partir de plus de 20 millions de gestes d’hygiène et tirées des rapports du système électronique de DebMed ont été présentées à la direction et au personnel de première ligne de l’hôpital Greenville, à Greenville, en Caroline du Sud.

Les données exactes et fiables ont permis à la direction de fournir une rétroaction utile au personnel clinique pour favoriser un changement de comportements qui s’est traduit par une augmentation du respect des règles d’hygiène des mains et une baisse du taux d’infection.

Cette étude revêt de l’importance, non seulement pour DebMed, mais pour tout le milieu de la prévention des infections parce que c’est la première à montrer un lien statistiquement significatif entre les 5 moments de l’OMS, les données provenant d’un système électronique de suivi et la réduction des IAS à SARM. Au vu des résultats exceptionnels de l’étude, on peut se demander si la méthode à 2 moments, où les gestes d’hygiène sont posés seulement à l’entrée et à la sortie de la chambre du patient, demeure une pratique acceptable? La réduction de 42 % des infections à SARM obtenue dans le cadre de l’étude n’est-elle pas une raison suffisante pour mettre en œuvre un système capable de mesurer les données selon les normes plus strictes des 5 moments de l’OMS? Nous le pensons.

 

Cliquez ici pour découvrir notre nouveau blogue

Inscrivez-vous au Blog Deb

Vous avez aimé cet article, laissez-nous un commentaire.